Extrait tiré du théâtre « La malaventure » de Kossi Efoui

la malaventure

« Elle : Toi, tu peux. Tu ne sais pas ce que tu perds. Alors, forcément, tu joues mieux. Tu mises, tu remets ça, tu en rajoutes. Moi, il me faut tricher pour jouer.
Edgar Fall : Je te parle de moi et tu n’as rien à craindre. Nous savons que ce n’est pas faisable. Je suis lié. J’ai signé. J’exécute. Il n’y a rien d’autre de faisable.
Elle : J’ai peur
Edgar Fall : Oui… Il n’y a pas si longtemps. A l’époque, il ne m’avait pas encore oublié. On ne savait même pas que c’était possible : oublier de cette façon- la. Au point de ne rien reconnaitre. Au point de dire je ne sais pas, à moi l’ami qui l’a vu naitre et baver. »

Résumé
Il y a le montreur de pantins…
Il y a elle, qui attend celui qui va revenir, celui qui a perdu la mémoire…

Il y a Edgar Fall qui l’attend aussi, mais pour de tout autres raisons…
Et puis il y a lui, Darling V., celui qui n’est pas né sous le signe du caméléon, celui qui ne pouvait vivre dans l’impasse, celui qui ne peut s’empêcher de tisser sa toile…

Et puis les autres, qu’on ne voit pas mais qui tirent les ficelles, qui veulent écraser la conjuration des moustiques, qui se méfient comme de la peste des clowns et des poètes…

Une étrange plongée dans le monde feutré de la peur, de l’oppression et de la résistance, dans un ballet de non-dit qui jongle sur le fil des apparences.

Paru aux éditions Lansman le 13 Juin 2002. (ISBN : 9782872827428)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s