Paying tribute to the life and legacy of Maya Angelou…

Maya Angelou.Photograph by Martin Godwin.    04-06-1999.Today, we say goodbye to Maya Angelou (1928-2014), civil rights activist and amazingly talented playwright, director, actor, singer, songwriter, and novelist who touched the lives of many.

 

 

 

Still I Rise

You may write me down in history

With your bitter, twisted lies,

You may trod me in the very dirt

But still, like dust, I’ll rise.

 

Does my sassiness upset you?

Why are you beset with gloom?

‘Cause I walk like I’ve got oil wells

Pumping in my living room.

 

Just like moons and like suns,

With the certainty of tides,

Just like hopes springing high,

Still I’ll rise.

 

Did you want to see me broken?

Bowed head and lowered eyes?

Shoulders falling down like teardrops,

Weakened by my soulful cries?

 

Does my haughtiness offend you?

Don’t you take it awful hard

‘Cause I laugh like I’ve got gold mines

Diggin’ in my own backyard.

 

You may shoot me with your words,

You may cut me with your eyes,

You may kill me with your hatefulness,

But still, like air, I’ll rise.

 

Does my sexiness upset you?

Does it come as a surprise

That I dance like I’ve got diamonds

At the meeting of my thighs?

 

Out of the huts of history’s shame

I rise

Up from a past that’s rooted in pain

I rise

I’m a black ocean, leaping and wide,

Welling and swelling I bear in the tide.

Leaving behind nights of terror and fear

I rise

Into a daybreak that’s wondrously clear

I rise

Bringing the gifts that my ancestors gave,

I am the dream and the hope of the slave.

I rise

I rise

I rise.

L’auteur du jour: Achmat Dangor

dangorNaissance:1948
Pays d’origine: Afrique du Sud
Professions : poète, dramaturge et romancier

A propos de l’auteur
Achmat Dangor est né en 1948 à Johannesburg en Afrique du Sud, dans une famille musulmane de parents asiatiques. Après ses études secondaires, Achmat a vécu dans plusieurs villes rurales d’Afrique du Sud. Il détient un baccalauréat en littérature obtenu à Rhodes University en Afrique du Sud Continue reading

Extrait tiré du roman « Une si longue lettre » de Mariama Bâ

Une-si-longue-lettre-192x300On ne prend pas rendez-vous avec le destin. Le destin empoigne qui il veut, quand il veut. Dans le sens de vos désirs, il vous apporte la plénitude. Mais le plus souvent, il déséquilibre et heurte. Alors, on subit. […]

Pour vaincre ma rancœur, je pense à la destinée humaine. Chaque vie recèle une parcelle d’héroïsme, un héroïsme obscur fait d’abdications, de renoncements et d’acquiescements, sous le fouet impitoyable de la fatalité.

Je pense aux aveugles du monde entier qui se meurent dans le noir. Je pense aux paralytiques du monde entier qui se traînent. Je pense aux lépreux du monde entier que leur mal ampute.

Victimes d’un triste sort que vous n’avez pas choisi, que sont, à côté de vos lamentations, mes démêlés, motivés cruellement, avec un mort qui n’a plus de mainmise sur ma destinée ? Justiciers, vous auriez pu, en liguant vos désespoirs, rendre tremblants ceux que la richesse enivre, ceux que le hasard favorise. Vous auriez pu, en une horde puissante de sa répugnance et de sa révolte, cracher le pain que votre faim convoite.

Votre stoïcisme fait de vous non des violents, non des inquiétants, mais de véritables héros, inconnus de grande histoire, qui ne dérangent jamais l’ordre établi, malgré votre situation misérable.”

Résumé

Ramatoulaye, la narratrice vient de perdre son mari Modou dont elle était la première épouse. Elle met alors à profit les 40 jours de deuil que lui impose la tradition sénégalaise en écrivant une lettre à sa meilleure amie Aïssatou, exilée aux Etats-Unis.

Ramatoulaye revient sur sa vie, sur ses souffrances, ses relations familiales et surtout sur ses souvenirs avec l’homme aimé, avant l’arrivée d’une co-épouse. Dans cette lettre, elle expose à Aïssatou les problèmes de société la concernant de près, c’est-à-dire la polygamie, les castes, l’exploitation de la femme…

Sources:

http://www.avisdelecture.com.

http://gwordia.hautetfort.com/archive/2007/07/24/charlotte-sapin-une-si-longue-lettre-de-mariame-ba.html

Paru aux éditions Le serpent à plumes, 1979 et 2001 . ISBN: 2842612892

Extrait tiré de notre livre du mois “La femme sans sépulture” d’Assia Djebar

la femme sans sepulture« On pouvait dans mon quartier ancien…la confondre avec mes autres concitoyennes : couvertes du voile de soie (de soie moirée ou, pour les plus âgées, de soie mêlée de laine fine, pour en adoucir les plis), la pointe d’organza raidie et à demi transparente sue l’arête du nez, masquant ainsi le bas du visage pour rehausser les yeux fardés, agrandis au khôl, ainsi que le front surmonté parfois d’un bijou d’or ou de perles… »

 

Assia Djebar née Fatima-Zohra Imalayène, est une écrivaine algérienne d’expression française, auteure de romans, nouvelles, poésies et essais. Elle a écrit également pour le théâtre, et a réalisé plusieurs films. Son œuvre a pour thèmes l’émancipation des femmes, l’histoire, l’Algérie considérée à travers sa violence et ses langues. Assia Djebar est considérée comme l’une des auteurs les plus célèbres et influentes du Maghreb. Elle est élue à l’Académie française en 2005.”

Sources: http://www.babelio.com

http://www.wikipedia.org

Le livre du mois: “La femme sans sépulture” d’Assia Djebar

la femme sans sepultureRésumé
La Femme sans sépulture, c’est Zoulikha, héroïne oubliée de la guerre d’Algérie, montée au maquis au printemps 1957 et portée disparue deux ans plus tard, après son arrestation par l’armée française. Femme exceptionnelle, si vivante dans sa réalité de mère, d’amante, d’amie, d’opposante politique, dans son engagement absolu et douloureux, dans sa démarche de liberté qui scelle sa vie depuis l’enfance et qui ne l’a jamais quittée, sa présence irradiante flotte à jamais au-dessus de Césarée…
Autour de Zoulikha s’animent d’autres figures de l’ombre, paysannes autant que citadines, vivant au quotidien l’engagement, la peur, la tragédie parfois. Véritable chant d’amour contre l’oubli et la haine, de ce passé ressuscité naît une émotion intense, pour ce destin de femme qui garde son énigme, et pour la beauté d’une langue qui excelle à rendre son ombre et sa lumière.

 

Date de parution: 26/05/2004
Editeur d’origine: Albin Michel
Langue: Français
ISBN: 9782253108160
Source: http://www.livredepoche.com

Extrait tiré du théâtre « La malaventure » de Kossi Efoui

la malaventure

« Elle : Toi, tu peux. Tu ne sais pas ce que tu perds. Alors, forcément, tu joues mieux. Tu mises, tu remets ça, tu en rajoutes. Moi, il me faut tricher pour jouer.
Edgar Fall : Je te parle de moi et tu n’as rien à craindre. Nous savons que ce n’est pas faisable. Je suis lié. J’ai signé. J’exécute. Il n’y a rien d’autre de faisable.
Elle : J’ai peur
Edgar Fall : Oui… Il n’y a pas si longtemps. A l’époque, il ne m’avait pas encore oublié. On ne savait même pas que c’était possible : oublier de cette façon- la. Au point de ne rien reconnaitre. Au point de dire je ne sais pas, à moi l’ami qui l’a vu naitre et baver. »

Résumé
Il y a le montreur de pantins…
Il y a elle, qui attend celui qui va revenir, celui qui a perdu la mémoire…

Il y a Edgar Fall qui l’attend aussi, mais pour de tout autres raisons…
Et puis il y a lui, Darling V., celui qui n’est pas né sous le signe du caméléon, celui qui ne pouvait vivre dans l’impasse, celui qui ne peut s’empêcher de tisser sa toile…

Et puis les autres, qu’on ne voit pas mais qui tirent les ficelles, qui veulent écraser la conjuration des moustiques, qui se méfient comme de la peste des clowns et des poètes…

Une étrange plongée dans le monde feutré de la peur, de l’oppression et de la résistance, dans un ballet de non-dit qui jongle sur le fil des apparences.

Paru aux éditions Lansman le 13 Juin 2002. (ISBN : 9782872827428)

L’auteur du jour: Kossi Efoui

kossi

 

 

 

Naissance: 1962
Pays d’origine: Togo
Professions: dramaturge et écrivain

A propos de l’auteur
Kossi Efoui est né en 1962 à Anfoin au Togo. Il grandit dans une famille d’artistes. Durant ses études de maitrise en philosophie à l’Université de Lomé, il participe au mouvement étudiant des années 1980, durement réprimé par le régime de l’ex président togolais Gnassingbé Eyadema, qui le conduit à se réfugier en France. Il réside actuellement en France. Continue reading