Extrait… “Passages” d’Émile Ollivier

 

passages

“La rupture ne se fait pas en sifflotant, les mains dans les poches. Qu’il est difficile de restituer l’autre à la foule ! On crie que tout est fini ; on tremble face à la béance du quotidien ; on recule devant le vide de l’indifférence, on hésite à ouvrir les portes sur les gouffres de la solitude.

On peut se payer une fugue, un après-midi tout entier, et se raconter qu’on va prendre le bateau pour mettre fin à des années de vie commune. Au soir, on rentre, on retrouve sa place dans le lit et tandis qu’on s’endort, le bateau s’éloigne de plus en plus. Pour rompre, il faut avoir le courage de franchir l’instant d’après ; pour le franchir, il faut être prêt à utiliser des subterfuges, des moyens qu’on croit éprouvés et qui ne sont que panacées.”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s