L’auteure du jour : Edwidge Dandicat

danticatEdwidge Danticat est née à Port-au-Prince (Haïti) le 19 janvier 1969. Quand elle a deux ans, son père émigre à New York ; deux ans après, sa femme le rejoint. Danticat et un frère restent en Haïti chez un oncle et sa femme. À 12 ans, elle rejoint ses parents à Brooklyn et s’installe dans une nouvelle langue et un nouveau pays.

Elle publie ses premiers textes dès les années de High School, dans le journal de l’école où elle termine ses études secondaires. Elle obtient un premier diplôme universitaire (B.A.) à Barnard College en lettres françaises avant de poursuivre, boursière, une maîtrise en Beaux-Arts (MFA) à Brown University. Avant même d’être terminée, sa thèse en « creative writing » est acceptée pour publication. Le texte qui en résulte –Breath, Eyes Memory (traduit en français sous le titre Le cri de l’oiseau rouge) – a autant de succès auprès des critiques que du public. L’écrivaine a 25 ans.
La force et la texture du style de ce premier récit, où se croisent les réalités haïtiennes et newyorkaises, ont été comparées à celles des auteurs tel Maxine Hong Kingston et Toni Morrison, et ont mérité à l’auteur un passage sur le plateau de la maîtresse du petit écran américain, Oprah Winfrey.

Nouvelliste talentueuse, Danticat publie ensuite un recueil de ses courts récits, Krik? Krac! Dans son deuxième roman, The Farming of Bones (publié en 1998 et traduit l’année suivante comme La Récolte douce des larmes), elle crée une fiction passionnante autour des événements tragiques de 1937. Danticat a également dirigé deux recueils de courts récits écrits par d’autres auteurs, dont The Butterfly’s Way, 33 récits d’haïtiano-américains. Dans toute son oeuvre, son regard sur l’histoire et sur l’actualité n’autorise ni le sensationnalisme, ni la pitié, examinant en particulier la réalité du peuple haïtien avec une prose limpide et enchanteresse.

Edwidge Danticat poursuit sa carrière d’écrivaine en se consacrant également à l’enseignement (“creative writing”) – par exemple, à New York University et à l’Université de Miami – et à de nombreux projets sur l’art et la culture haïtienne, comme l’indiquent ses collaborations avec les cinéastes Patricia Benoit et Jonathan Demme, et son engagement auprès de la National Coalition for Haitian Rights.

(Source: http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/danticat.html)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s