CAFÉ LITERAIRE WITH ROLAND RUGERO AT PROJECT LITTAFFCAR LAUNCH

IMG_3088

CAFÉ LITERAIRE WITH ROLAND RUGERO AT PROJECT LITTAFFCAR LAUNCH

“Welcome to Rwanda, Roland!”
“Welcome home, would be more like it,” replies the 27 year old author, with a look in his bespectacled eyes of one who is, indeed, at home.
Exiled in Rwanda during the 1993 war in Burundi, Roland Rugero was forced to move on to Tanzania when things here turned out no better. What better time to return than on 30th January at Ishyo Arts Center for the launching of a new project for the promotion of literature from Africa and the Caribbean – LITTAFCAR a European Union supported project bringing together four partners in a transnational network of four Cultural centers; Ishyo Arts Center (Rwanda) for Central and East Africa, Artisttik Africa (Benin) West Africa, FOKAL (Haiti) for the Caribbean and CEC (Belgium) for Northern Africa and African Diaspora.
Easily one of the youngest writer in east and central Africa with two novels under his belt, the Burundian journalist and founder of the Café litteraire (Samandari) in Bujumbura honored the launch with his second novel Baho!, a story that is heavily influenced by the turbulent past and present of his country.
Set in a village still reeling from the violence of a recent war, it tells the story of Nyamuragi, a mute orphaned by the war. One morning by the riverside, his bowels suddenly and urgently demand emptying. The only other person around is a young teenage girl who misinterprets his insistent gestures for directions to the nearest latrine as a prelude to sexual assault (The crossed legs, the pained scowl, earnest gaze, etc.) She heard about the symptoms from a friend who was raped in the war. She screams for help and the whole village comes running to the rescue. Nyamuragi runs away, to meet his immediate need for relief, and realizes too late how guilty that makes him look, and how difficult it is going to be to reclaim his innocence without any audible words.
Baho! did not disappoint the medley of artists (writers, poets, singers, dramatists), journalists and cultural advocates who graced the occasion with their presence and were obliged to ponder questions about the function of art, space and time (why do Rwandans and Burundians use one word, Ejo, for today and yesterday?). Rugero juxtaposes the past with the present by conjuring a world where “there was plenty for everyone (neighbors, visitors and even thieves); where men did not get drunk off beer but rather drank to their satisfaction,” and various crops alternately blossomed in the villagers’ gardens season after dependable season. “It was a time when people were certain about the future…and to run meant that either you were running from or after something.”
“In Burundi people still have that mentality of taking their time about everything. In Rwanda when a problem appears people say ‘let’s stand up to it’ while in Burundi they say ‘let’s sit down on it’ (ponder it). Well, times have changed now. If you don’t run, like Nyamuragi, then you’re finished,” says the soft spoken writer who then modestly denies having any philosophical muscle.
“I am much too young to be a philosopher”, says the man who wrote that “Life is water flowing along the ground and which we cannot collect.”
The terrible experiences of Nyamuragi’s village mates have so warped their community’s sense of justice that “his silence condemns him more than his actions” as the novel delves into tricky territories of communication (or the absence of it) vis-à-vis justice.
It had to be asked of the journalist in him; is ‘the silence which condemns’ a metaphorical reference to the absence of freedom of expression?
“Speech has the power to save but people may choose not to say anything claiming they don’t want to be meddlers. Well every society has its own peculiar forms of expression…for instance what matters most to a Burundian is not what is said but what is left unsaid and as the saying goes, precious words are kept inside…” pointed out Rugero.
With every chapter preceded by a Burundian proverb and a folktale sandwiched within the novel Baho! has a first class ticket to LITTAFCAR’s library which will be online in the near future to give writers access to a wider audience, ease research in the region and generally place their work within easy reach of their readers.
Accompanied by the acoustic sound of Rwandese guitarist and singer Cubaka, the homely glow of lamps and the soft musical humming of one of the readers, the atmosphere in the Ishyo rotunda was in perfect sync with LITTAFCAR’s objectives of promoting cultural diversity through a better understanding of the regions’ literature and the encouragement of cultural dialogue in our increasingly multi-cultural communities.
“I really had no intentions of philosophizing. All I meant to do was tell the story of Nyamuragi, despite his misfortunes…we live in the space of our parents and ancestors albeit by memory and simultaneously, in the space of our present world…it is important that we tell the story of all the spaces we are a part of.”
Well, watch this space for updates on the LITTAFCAR project and the itinerary of exciting cultural destinations Ishyo Arts Center has in store for you this year.

LITTAFCAR Lancement officiel sous les etoiles de Kigali…

the best

« Il y a des lieux ou la vie dure longtemps… Toi qui vis dans les livres, t’es bien placé pour le savoir, n y’a-t-il pas des livres ou les gens vivent éternellement? » Lyonel Trouillot

Si j osais écrire, sans égard pour personne, je dirais ces littératures d’Haïti ou du Burundi qui nous parviennent comme une bouffée d’oxygène.

Je dirais, ces vents d’ailleurs, ces pensées, ces réflexions, profondément encrées dans leurs réalités qui nous rappellent qu’ici, d’ou j écris, on ne s’assoie pas, comme dit Roland Rugero, on se lève pour faire des choses…

Le temps qui passe est scrupuleusement minuté et ne compte réellement pour personne… Ah, le présent!

Chacun regarde dans une direction différente  l’avenir vers lequel chacun d’entre nous court, cette vision de nous-mêmes qu’on essaie d’atteindre en oubliant d être présent à soi même, simplement, chaque jour…

Et que faire de ce passé, pas si lointain, qu’on ne se raconte plus et comme le dit Roland Rugero : « les adultes d aujourd’hui ne sont plus bercés par les mots… » On ne conte plus!

Il nous a rappelé l’urgence de dire ce que nous traversons, ce que nos corps impriment, digèrent, dépriment, rejettent, traversent chaque jour, afin qu’aujourd’hui compte…

Quel plaisir immense d accueillir Lyonel Trouillot pour notre dernier Café Littéraire de l’an passé et Roland Rugero pour le premier Café de cette nouvelle année!

Lyonel Trouillot, citoyen d’Haïti, avec leur incroyable production littéraire, localement consommée, analysée, digérée et chérie avant d’avoir des envies d ailleurs, là-bas, on fait « l’Amour avant qu’on n’oublie » comme le titre de l’œuvre magistrale de Lyonel Trouillot!     On couche tous les jours sur le papier des morceaux d’identité, des pants entiers de vie et comme le dit si bien le personnage de l’historien chez Lyonel Trouillot on prend le temps de « revenir sur la route, fixer les souvenirs… »

Roland Rugero, jeune auteur burundais et journaliste de 27 ans, le dit aussi à sa manière « écrire sans précédents, sans modèle » ou comme le dit Lyonel Trouilot « écrire sous la dictée des absents… »

Ces deux auteurs remarquables, vivants sur des continents différents, ont ceci en commun de nous bousculer, agiter nos coeurs et nos esprit et ainsi nous permettre de vivre et revivre nos émotions sans jugement, sans égard pour personne et pourtant tous deux redonnent à la littérature et à l’art cette habilité, cette fonction comme le dit  si bien Roland Rugero « de figer un décor, de casser le mouvement de la vie, de ceindre un son pour produire une émotion » afin de donner à chaque minute à chaque seconde son importance…

En effet, le temps de l’écriture est, chez l’un comme chez l’autre,  palpable. Les premières pages de « Baho »  deuxième roman de Roland Rugero ont, effectivement, pour emprunter les mots de Lyonel Trouillot, « une odeur de mémoire qui donne une impression de savoir sur le temps… »

Et pourtant le lecteur court après chaque page, après chaque nouvelle réflexion que nous livrent leurs personnages et en quelques heures, ces oeuvres se dévorent, alors qu’on a l’impression que l’auteur, lui, a voulu redonner au temps sa dimension réelle, son existence propre.

La joie immense de recevoir Lyonel Trouillot et Roland Rugero au Rwanda n’est point le fruit du hasard! C est LITTAFCAR!

Ce merveilleux projet, que nous avons inauguré en Belgique, en Octobre dernier et au Rwanda ce mercredi 30 Janvier 2013, à Ishyo Arts Centre, se propose de promouvoir aux quatre coins du monde, plus exactement sur trois continents et aussi sur la toile, le meilleur des Littératures contemporaines d’Afrique et des Caraïbes.

Ce projet ambitieux, qui fait écho a deux importants projets nationaux que sont « Rwanda reads… » et « Everybody reads… » est porté par le CEC en Belgique, FOKAL en Haïti, Artistik au Benin et Ishyo au Rwanda, et avec le précieux soutien de l’Union Européenne. Ishyo est très fier de prendre part à ce projet et sera, au sein de LITTAFCAR, en charge des régions de l’Afrique Centrale et de l’Est.

Au cours de ces magnifiques soirées littéraires, ces deux auteurs atypiques ont fait voyagé leurs confrères, les étudiants, le public et les artistes du Rwanda, dans un univers d’une extraordinaire poésie, et sans management.

Si j osais écrire, je dirais que chacune de leurs lignes, chacun de leurs mots est un merveilleux et douloureux rappel que nous sommes toujours en vie, et que le propre de la vie est de la vivre!

Merci à vous messieurs, merci à vous, esprits vifs et vivifiant, esprits critiques et surprenants de prendre le temps de vous asseoir et de nous obliger, en quelque sorte , à regarder avec douceur, patience et  poésie nos sociétés contemporaines.

Vous êtes tous deux des êtres généreux, nous nous réjouissons de vous avoir accueillis, vous remercions d’avoir accepté notre invitation au pays des milles collines, petit pays aux mille histoires à raconter, qui ne sont ni petites ni grandes, mais certainement reliées entre elles, et que nous souhaiterions vivement partager avec tout curieux de la vie des autres, de la vie tout court…

Nos coeurs et nos maisons vous sont à jamais ouvertes…

Ce pays est le vôtre, revenez y souvent! Vous serez toujours les bienvenus !

A tous les amoureux des mots et des lettres,

Ishyo et LITTAFCAR vous disent à très bientôt!

Ishyo Dream Team