‘Umuganura’ or ‘National Harvest Day’ in Rwanda!

umuganura_1

 

Today, 1 August 2014 ~> Celebration of our Rwandan traditions with ‘Umuganura’ or ‘National Harvest Day’ under the theme “The National Harvest Day Celebration: Foundation for Self-Reliance”, at Petit Stade (Remera) from 4 pm. 

 

 

The Umuganura celebrations set to run for three days, began yesterday with Inyambo (traditional cows) parade at Rukari ancient history museum (Nyanza); showing of traditional practices like grinding on a stone, blacksmith and pottery, etc.; a carnival parade in various parts of Kigali; and an ongoing cultural exhibition at Petit Stade (Remera).

L’auteure du jour: Simone Schwarz-Bart

simone

 

« Je n’ai jamais souffert de l’exiguïté de mon pays, sans pour autant prétendre que j’aie un grand cœur. Si on m’en donnait le pouvoir, c’est ici même, en Guadeloupe, que je choisirais de renaître, souffrir et mourir. Pourtant, il n’y a guère, mes ancêtres furent esclaves en cette île à volcans, à cyclones et moustiques, à mauvaise mentalité. Mais je ne suis pas venue sur terre pour soupeser toute la tristesse du monde. A cela, je préfère rêver, encore et encore, debout au milieu de mon jardin, comme le font toutes les vieilles de mon âge, jusqu’à ce que la mort me prenne dans mon rêve, avec toute ma joie… »

 

Extrait tiré du roman Pluie et vent sur Télumée Miracle de l’auteure guadeloupéenne Simone Schwarz-Bart (née le 1er août 1938).

Extrait tiré du roman “L’Homme qui venait du passé” de Driss Chraibi

l'homme qui venait du passé

“C’est pas possible ! s’exclama l’inspecteur Ali en repliant le journal. Ces orientalistes du Pentagone et de la CIA ont dû se servir d’un guide pour touristes en guise de dictionnaire bilingue. Qui c’est ce journaleux qui a traduit ce galimatias ? Traduit !.. J’aimerais bien discuter avec lui à coups de matraque dans les caves du commissariat central… À moins que ce président moustachu n’ait jamais lu un seul verset du Coran, hey ? Il parle de la Providence tout comme Bush le chrétien. Je vais lui passer un coup de fil. Je dois avoir le numéro de son portable dans mon vieux carnet. Il m’a coupé l’appétit, ce ramadaneur de la onzième heure. Pourquoi il ne va pas, “lui”, au paradis éternel ?”

Date de parution: septembre 2004
Maison d’édition: Denoël
Langue : français
ISBN : 2207245888

Source : http://driss-chraibi.blogspot.com
http://livre.fnac.com

 

 

Extrait de “Parabole du failli” de Lyonel Trouillot

trouillot livre“Jusqu’à ce que le sac soit vide. Et tu l’as retourné, l’ouverture vers le sol, le secouant pour bien montrer que la distribution était finie. Des hommes, croyant qu’il s’agissait de bons d’achats, pestaient contre la discrimination.

Des centaines de pages, la plupart finissant jetées dans la boue laissée par les pluies de la veille ou dans la bouche d’égout que le ministère des Travaux publics n’a jamais pensé à fermer, dans laquelle une vieille dame était tombée un matin sans qu’aucun poète n’ait tenté d’extraire des pépites de sa misérable existence. Les fillettes et les adolescentes se précipitaient vers toi, en pensant à des tickets pour la prochaine campagne de vaccination. Les femmes âgées ne s’arrêtaient pas.”

Résumé
« Alors qu’il semble enfin devoir connaître le succès, Pedro, un jeune comédien haïtien en tournée à l’étranger, se jette du douzième étage d’un immeuble. Dans son pays natal, l’un des deux amis avec lesquels il partageait au hasard des nuits un modeste appartement aux allures de bateau-ivre tente alors, entre colère et amour, de comprendre les raisons de ce geste, au fil d’une virulente adresse au disparu, comme pour remplir de son propre cri le vide laissé par celui qui déclamait dans les rues de Port-au-Prince les vers de Baudelaire, Éluard ou Pessoa, faute de croire aux poèmes que lui-même écrivait en secret et qu’il avait rassemblés sous le titre : “Parabole du failli”. Continue reading

Extrait tiré du roman « L’envers des autres » de Kaouther Adimi

roman kaouther« Moi, je suis un homme sensible aux belles choses. Peu de gens s’en rendent compte. Ma femme et mes enfants par exemple ne comprennent rien à la beauté. Ils vivent dans le matériel, le solide, la pratique. Ils ne savent pas ce que signifient la poésie, la liberté, l’oubli.

Ils veulent apprendre des chiffres par cœur, calculer sans arrêt le prix des tissus et des bijoux, étaler du rouge sur leur face ou partir en Europe. Je suis triste pour eux. Dieu a dit qu’il aimait la propreté et la beauté. J’ai tout fait pour inculquer ces valeurs la a ma famille, mais hélas sans y parvenir. C’est pour ça que je viens à l’université une fois par semaine. Pour aller à la rencontre de la beauté. »

Résumé
« Alger, centre-ville, début du XXIe siècle. Adel et Yasmine, frère et soeur, étaient proches, enfants. Ils ont grandi, changé, ils n’arrivent plus à se parler. Ils s’aiment en silence, entre une mère acrimonieuse et une aînée échouée là avec sa famille, qui peint à longueur de journée comme on s’invente un ailleurs. Au pied de l’immeuble, du haut des balcons et jusque chez eux, on les observe, on commente : ils sont différents, trop beaux et peut-être un peu trop libres, c’est insupportable.
Dans une société étriquée par les convenances, dans un pays qu’on quitte plus facilement qu’on ne l’aime, être simplement soi-même est un luxe auquel la jeunesse n’a pas droit…
Porté par une construction polyphonique croisant des voix qui ne se rencontrent jamais, L’envers des autres est un roman sensible, violent et lucide, dont la noirceur n’est adoucie que par les naïves rêveries d’une fillette en ballerines de toile. »

Date de parution : 2011
Editeur : Actes Sud
Langue : français
ISBN : 9782742797257

 

Extrait tiré du poème “La vraie vie est absente” de Gary Klang

la vraie vie est absente  “Nous écrivons avec nos hontes.
Et nos suppurations
Nous écrivons dans la douleur
L’estomac noué
Nous écrivons la main tendue
Vers ceux qui nous ignorent

Là est notre manière
Poètes
De guérir nos blessures
Malgré le sable et la tempête
N’oublie jamais la mer
L’arbre s’est assis auprès de la rivière
Écartant ses grands bras dans l’azur
L’air du matin frissonne dans les broussailles
Et la rosée fredonne.”

 

Date de parution: 2002

Editeur: Humanitas

L’auteur du jour: Gary Klang

???????????????????????????????Naissance: 28 décembre 1941
Pays d’origine: Haïti
Profession: écrivain

A propos de l’auteur

Gary Klang est un auteur haïtien-canadien, né à Port-au- Prince d’un père français et d’une mère haïtienne. Il effectue ses études primaires et secondaires dans son pays natal puis se rend en France ou il fait ses études de lettres à la Sorbonne. Continue reading